Urban Comics

Venez decouvrir l'univers Urban et de nombreuses autres fan fics.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Episode 10 : Les Monstres 4

Aller en bas 
AuteurMessage
La Rédac'
Rédacteur
La Rédac'

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 02/12/2004

Episode 10 : Les Monstres 4 Empty
MessageSujet: Episode 10 : Les Monstres 4   Episode 10 : Les Monstres 4 EmptyMer 9 Nov - 19:49

Tunnels et Pensées.

Il était huit heures du matin et Johnny Rainbow marchait dans les égouts de New York, seul. Jamais on ne se serait cru trouver cet adolescent au physique presque parfait patauger dans les eaux sales et la boue des conduits souterrains de la grande ville américaine, et pourtant il y était. Et cela ne lui faisait pas particulièrement plaisir, loin de là.

Heureusement, l’adolescent était muni d’une combinaison isolante qui le protégeait de l’eau et des éventuels choses qui pourraient attaquer son corps. Ce vêtement partait de la plante des pieds pour aller jusqu’à son cou, et l’on pouvait l’enlever grâce à une petite tirette sur l’avant, comme une sorte de combinaison de plongée. C’était une invention de Red. Encore une bonne chose de ce gentil Red, pensa Johnny…

Le jeune homme avait eu une mission une heure et demi auparavant : chercher dans la partie Sud des égouts de Manhattan une quelconque activité anormale, un quelconque indice sur la présence d’êtres comme la chose qu’ils avaient découverts à la morgue. Richards avait rapidement fait un examen chez eux, à Pier Four, et avait découvert que ses poumons étaient pleins de microbes qui ne pouvaient venir que des égouts. Donc il avait envoyé Johnny, Sue et Ben dans ces tunnels horriblement malodorants et dangereux sanitairement pour chercher des indices. Eux, mais pas lui…

Lui, il restait bien au chaud dans leur entrepôt sur les docks à faire encore des expériences et des prélèvements sur le corps de l’autre saloperie, pensa Johnny. Eux, ils pouvaient bien aller se démerder dans les tunnels de merde, remplis de merde, où ça pue la merde et où tu vois que de la merde…

Bien sûr, Johnny aurait pu râler, demander à Red qu’ils viennent au moins avec eux, ou au moins soulever la question du pourquoi ils devaient faire cela, mais il savait que cela ne servirait à rien et…n’osait pas.

Le jeune homme savait que Ben et Sue étaient à fond derrière Richards, qu’ils considéraient comme un grand frère, presque un père, pour l’un, et comme un sauveur et un homme bon, généreux et presque idéal pour l’autre. C’était normal : il les avait aidés et les avait sortis du crime ou du trottoir, mais ils ne se posaient jamais de questions ? Ils ne doutaient jamais de lui ? Cette pensée hantait souvent l’adolescent, qui n’aimerait sûrement pas connaître la réponse…

Et l’autre raison qui faisait qu’il n’allait jamais contre Richards était qu’il n’osait pas. Il avait peur. Lui, Johnny Rainbow, voleur émérite de voitures, violeur occasionnel, vainqueur de dizaines de combats de rues, vainqueurs de plusieurs courses poursuites avec la police…il avait peur de Red Richards, une sorte de gringalet qui se la jouait.
En temps normal et face à n’importe qui d’autre, l’adolescent aurait rapidement explosé et aurait frappé jusqu’à la mort ce petit con qui osait lui donner des ordres et qui couchait avec celle dont rêvais Johnny chaque nuit, seul dans son lit à se faire du bien en pensant au corps nu de Sue qu’il n’avait entraperçu qu’une fois, et encore sous les couvertures…Mais là, le jeune homme n’osait pas. Richards lui faisait peur. Les pouvoirs de Richards lui faisaient peur, en fait.
Non pas que son pouvoir d’élasticité était plus impressionnant que la maîtrise du feu que possédait l’ancien voleur de voiture, mais Red savait beaucoup de choses. Il connaissait étrangement bien les vies de ses camarades, et implicitement, tous savaient que tout serait révélé à leurs ennemis et à la police si l’envie leur venait de fuir…
Voila pourquoi Johnny ne disait rien, même quand cela le démangeait fortement, comme ce soir.

Rainbow arriva finalement à un carrefour où trois voies étaient possibles. Le jeune homme soupira dans son masque à oxygène, et regarda sa montre où on voyait aussi le Nord, le Sud, l’Est et l’Ouest. Il devait aller vers la voie en face de lui pour aller totalement au Sud.

Très bien, pensa l’adolescent reprit de justice…il allait suivre cette voie…quitte à devoir rester à jamais dans ces égouts de malheur…



Plus loin, Sue Tempest glissait avec grâce sur…du vide. La jeune fille avait réussie depuis quelques semaines à se créer divers objets invisibles aux yeux humains, hormis les siens, et elle s’était longtemps entraînée pour pouvoir faire des choses utiles. Au départ, elle arrivait seulement à faire un bâton ou un petit bouclier invisibles autour d’elle, mais maintenant elle réussissait à se créer une sorte de luge qui lui permettait là de se déplacer sans être dans les eaux sales. Un luxe évident, selon elle.

L’adolescente avait le sourire aux lèvres, malgré l’extrême concentration dont elle devait faire preuve pour pouvoir continuer de glisser sur du vent et sur sa création mentale. Enfin, Red lui faisait confiance et l’envoyait en mission…enfin ! Longtemps, elle avait cru qu’il ne lui faisait pas confiance, qu’il pensait qu’elle était trop faible pour cela…mais cela avait changé ! Et pour elle, cela était une des choses les plus importantes au monde…

La jeune femme était totalement amoureuse de Richards. Il était son sauveur, il était celui qui avait donné un sens à sa vie. Grâce à lui, elle passait des journées (et des nuits surtout) fabuleuses, et jamais elle ne s’était sentie si bien. Grâce à lui, elle n’était plus dans la rue et avait trouvé quelque chose à faire de sa vie, en compagnie de l’homme qu’elle aimait…que demander de plus ? Et si, pour cela, elle devait le laisser faire certaines choses étranges le soir dans leur chambre…ce n’était qu’un petit prix à payer, pensa-t-elle…

Soudain, alors qu’elle continuait à chercher quelques traces de vie en-dehors des cadavres de rats et d’autres animaux dans les égouts, Sue entendit quelque chose dans son oreillette, qui devait lui permettre de communiquer avec Johnny, Ben et son cher Red. Ce n’était pas quelque chose de distinct, et la jeune fille n’arrivait en fait qu’à entendre un vague son, mais cela suffit pour qu’elle décide de s’arrêter et de descendre dans l’eau, malgré son profond dégoût pour cela.

« Red ? Ben ? Johnny ? Qui parle ? »

Sue n’entendait qu’un vague grésillement. Elle secoua alors un peu la tête, et entendit vaguement mieux, enfin la respiration commençait à être meilleure. La jeune fille retenta l’opération et réussit à capter mieux les dires de celui qui parlait.

« AAaaaa….ggrrrzzzzz….fuiii…hrzrrzzr…Sue…brrrttttzzzzz…arrt…grrrzzzzz…naaaa…brrrtttzzzzz…as…possib…grrrzzzz »

Soudain, un immense bruit très aigu et violent se fit entendre, et Sue dû enlever son masque à oxygène pour pouvoir extraire l’oreillette qui donnait un son assourdissant dans son oreille. Elle la jeta dans l’eau, et se demanda alors ce qui se passait.
Qui était-ce ? Red ? Est-ce que Red avait un problème ? Il était peut-être attaqué, peut-être en danger…elle devait aller l’aider !

Mais alors qu’elle tentait de reformer une sorte de luge invisible, Sue entendit un bourdonnement…d’abord tout simple et tout bas, il augmentait en puissance et semblait se rapprocher…et c’était derrière elle…
Lentement, l’adolescente se retourna et vit quelque chose qu’elle n’oublierait jamais s’approcher d’elle…une chose horrible, innommable…ce n’était pas Red qui était attaqué, mais Johnny ou Ben…et maintenant, cette chose s’en prenait à elle…sa dernière pensée fut à Richards avant de se laisser aller à sa peur panique et si naturelle…

« NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOONNNN !!!! »



Plus loin, Ben enleva aussi son oreillette, et ce pour la même raison que Sue : le cri assourdissant de celle-ci avait fait énormément de mal aux oreilles hyper sensibles du géant de pierre qui avait énormément de mal à tenir dans un tunnel d’égout. Il était même resté coincé à plusieurs endroits, et l’adolescent avait dû utiliser sa force extraordinaire pour ne pas rester coincé.

Grimm n’aimait pas cet endroit, et le cri de son amie ne faisait que renforcer cela. Il n’aimait pas être enfermé, il n’aimait pas les endroits sombres, humides et fermés…les vieux souvenirs des sévices de son père, et de ce qu’il faisait d’autres, remontèrent alors à la surface chez le jeune homme de pierre…ses pleurs…ses cris…les attitudes de sa mère qui faisait comme si de rien n’était alors qu’il était attaché sur le lit par son père…ses petites mains qui grattaient contre la porte du placard à balais quand son père le laissait après avoir finit son « petit plaisir » comme il l’appelait…

La rage et la colère montèrent en Ben, la même rage et la même colère qu’il avait réfréné depuis la fameuse nuit de sa transformation, où ils les avaient libérés…mais là…là, il ne savait pas si il réussirait à se calmer, il ne savait pas si il pourrait être assez détendu pour aller aider Sue sans lui faire du mal…

« Allez…reprends-toi… »

L’adolescent se parlait à lui-même pour se calmer. Il pensa alors à Red. A son ami Red. A celui qui lui avait expliqué que cette armure de pierre n’était pas une malédiction, mais une bénédiction plutôt : le Ben Grimm d’avant s’était laissé faire et était encore traumatisé par les sévices et abus de son géniteur, mais le nouveau, l’être de pierre et de puissance qui l’avait remplacé n’était pas ainsi. Son ami lui avait expliqué qu’il devait voir ce changement comme une transformation, comme le fait qu’il était devenu un papillon libéré de sa chrysalide…et l’adolescent y avait cru et se sentait mieux. Grâce à Red.

Et c’est ainsi qu’il remerciait celui qui l’avait libéré et qui lui avait permit de se comprendre, de connaître ce nouveau corps ? C’était en laissant la femme de son ami se faire agresser, se faire attaquer qu’il le remerciait ? Non…Red était un gars en or, et Ben avait de la chance de le connaître…il devait tout faire pour sauver Sue…tout !

« Suuuuuuuuuuuuuue !!! »

Ce cri sortit du fond de sa gorge. Il avait la rage. Il avait la colère. Il les laissait sortir, mais cette fois pas pour avoir mal ou se venger, mais pour sauver son amie et celle qui comptait énormément pour celui qui l’avait sauvé.
D’un coup de poing droit ravageur, celui qu’on appelait la Chose maintenant explosa le mur à sa droite, et commença à se frayer un chemin dans les murs et les couloirs, accélérant ses pas aussi rapidement que possible pour retrouver Sue.
Ben avançait à l’aveugle, mais il savait qu’il devait faire cela…il ne pouvait que faire cela !

Soudain, le monstre de pierre arriva devant une sorte d’écriteau posé à côté d’une porte scellée. Il avait parcourut plusieurs mètres et espérait trouver Sue, mais Grimm se demanda si cela n’avait pas une quelconque importance par rapport à sa mission de départ…
Le jeune homme sortit sa petite lampe et déchiffra les quelques lettres…A…T…T…I…L…A…N…Attilan…qu’est-ce que ça voulait dire ?

Mais alors qu’il cherchait la signification de ces lettres, l’adolescent entendit un bourdonnement derrière lui. Il n’eut presque pas le temps de retourner son énorme masse qu’un rayon violent et jaune lui brûla une partie du dos. La douleur fut tellement forte que Ben tomba alors lourdement dans l’eau crasseuse des égouts de New York, vaincu en un coup par la mystérieuse chose qui rôdait dans les tunnels et qui portait sur ses épaules les corps inconscients de Johnny et de Sue…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Episode 10 : Les Monstres 4
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» papa monstre et bébés monstres!
» Caverne aux monstres
» LA PARADE DES MONSTRES de Darren Shan
» Episode 2.15: Phases
» Episode 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Urban Comics :: Séries en cours :: Urban Fantastic Four-
Sauter vers: