Urban Comics

Venez decouvrir l'univers Urban et de nombreuses autres fan fics.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez
 

 Episode 0 anniversaire

Aller en bas 
AuteurMessage
La Rédac'
Rédacteur
La Rédac'

Nombre de messages : 1491
Date d'inscription : 02/12/2004

Episode 0 anniversaire Empty
MessageSujet: Episode 0 anniversaire   Episode 0 anniversaire EmptyLun 1 Aoû - 19:05

La faible luminosité de la petite ampoule nue au plafond ne suffisait pas à éclairer totalement la pièce, et l’on pouvait se demander comment l’inspecteur Storm, cet homme d’une cinquantaine d’années au bac blanc bien garni pouvait lire dans une telle atmosphère. Pourtant, il écrivait à une allure frénétique sur sa feuille de papier dans cette sale d’interrogatoire sombre et malodorante d’un commissariat de New York.

L’inspecteur écrivait un résumé d’interrogatoire et d’arrestation. A cette veille de décembre, il était un des derniers policiers présents dans le bâtiment, et il avait encore quatre affaires à mettre en dossier. Quatre gosses, en plus. Lui dont la vue d’adolescents ou d’enfants ouvrait toujours plus une cicatrice toujours plus grande au fur et à mesure que le temps passait.

En soupirant, Storm reposa son stylo et alla ouvrir la porte avant de crier assez fortement quelques mots au flic posté devant les cages.

« Erikson ! Amenez-moi Grimm. »

Erikson acquiesça et disparut alors vers les cellules tandis que l’inspecteur s’asseyant à nouveau dans la salle, attendant l’arrivée de Benjamin Grimm, un gamin encore qui avait blessé assez gravement dans la soirée un de ses camarades de classe. Le gosse était toujours dans un état grave à l’hôpital, et le stylo planté dans sa moelle épinière aurait sûrement de graves conséquences.
Grimm arriva et Storm soupira tandis qu’Erikson en profita pour refermer la porte. Ils n’étaient plus que seuls, le vieux et le jeune, le flic et le criminel, l’homme et l’homme.

L’inspecteur relut vaguement le dossier tout en observant l’adolescent. De stature correcte, bien coiffé, bien habillé, il avait plutôt l’air d’un garçon modèle, le genre à être premier de sa classe…pourquoi avait-il eu une telle crise de folie ? Qu’est-ce qui avait motivé son acte ?

« Bonjour. »

Le salut de l’adolescent surprit Storm. Il était poli, en plus. C’était assez rare dans le monde et la société actuels pour déconcerter le vieil inspecteur.

« Bonsoir, plutôt.
- Oui, excusez-moi.
- Bon, passons de suite au sujet de votre venue ici, voulez-vous ? J’aime bien les politesses, mais j’ai trois autres cas avant de rentrer chez moi, et je suis fatigué.
- Je comprends.
- Bien, très bien. Vous êtes bien Benjamin J. Grimm, domicilié à Manhattan, dans le quartier de Central Park. Vous avez 18 ans, vous vivez chez vos parents. Aucun casier jusqu’à maintenant, aucun problème, rien. C’est bien cela ?
- Oui.
- Bien. Reconnaissez-vous avoir agressé votre camarade de classe Stanley Kirby ce soir, aux environs de 20 heures ? Reconnaissez-vous avoir prit un stylo et lui avoir planté dans la moelle épinière ?
- Oui.
- Reconnaissez-vous aussi avoir volé une voiture et vous être vous-même arrêté devant ce commissariat, avant de vous porter prisonnier et de tout avouer ?
- Oui.
- Bien. Est-ce que vous désirez que nous parlions de la raison qui a motivé cette agression ? Et de pourquoi vous êtes venus vous rendre ?
- Pas vraiment.
- Vous êtes sûr ? Je suis un vieux briscard, j’ai vu beaucoup de choses dans ma carrière, mais je ne comprends pas vraiment pourquoi vous avez attaqué ce type, et pourquoi vous êtes venus vous rendre. C’était une bagarre ? Il vous a piqué votre copine ? Un truc dans le genre ? »

Grimm resta silencieux quelques instants, le regard dans le vide.

« Ben ?
- Oui…non, ce n’est pas cela…il a…découvert, et dit des choses sur moi…et mon père… »

On pouvait discerner de l’émotion, de la tristesse et de la colère chez le jeune homme tandis que ses yeux se mouillaient lentement, mais il enleva les larmes et son regard devint dur.

« Mais c’est terminé maintenant. Je ne veux plus rien dire. J’avoue tout. Puis-je retourner dans la cellule, je vous prie ?
- Bien sûr… »

Storm se leva et accompagna Grimm jusqu’à la porte, avant qu’Erikson ne vienne le chercher et amener le prochain gamin, un certain Rainbow.
Alors que l’agent de police remettait dans une cellule un ado et en sortait un autre d’une autre, le vieil inspecteur réfléchit. Il ne comprenait pas vraiment ce qui avait motivé le geste de Grimm…il n’avait jamais eu de problèmes avant, rien, un garçon modèle…c’était pas normal, et le flic en lui se dit qu’il devrait enquêter là-dessus. Grimm avait parlé de son père, il fallait qu’il vérifie son passé si il avait le temps un jour…

Soudain, la porte s’ouvrit sur un grand adolescent aux cheveux blonds et au regard bleu azur assez dur et froid. Storm réprima un frisson en voyant ce gosse : on aurait dit un prédateur, un mec dangereux pour les autres mais faible à l’intérieur. L’inspecteur se rendit compte avec son expérience qu’il connaissait cette expression et le frisson qui l’avait traversé : il le voyait et le ressentait chez les violeurs et les violents…

« Assis. »

Alors qu’avec Grimm son ton avait été doux et gentil, là Storm parlait d’une manière dure et autoritaire, car il détestait plus que tout les violeurs et violents, car l’un d’eux avait ruiné sa vie.
Rainbow s’assit et dévisagea l’inspecteur qui relisait le dossier.

« John Rainbow. 16 ans, a fugué de chez lui il y a 3 ans. Déjà un beau petit casier : trois vols à l’étalage, deux voitures volées retrouvées. Et là on te chope dans un entrepôt minable avec quatre autres caisses que tu allais repeindre. C’est vraiment balot, hein ? »

Le gamin ne desserrait pas les dents, et cela plaisait à Storm.

« Quelqu’un a dû te donner. C’est moche, surtout avec ton casier…bon, tu veux avouer, dire quelque chose ?
- Nan.
- Que dalle ? Même pas qui était ton fournisseur, ton revendeur ?
- Je suis pas une balance.
- Ok. Donc tu vas charger. »

L’inspecteur souriait intérieurement de voir Rainbow s’être fait avoir par ses collègues et de ne rien dire quand même, pour ne pas être une « balance ». Il avait encore des idéaux, pensait qu’on allait l’aider à s’en sortir…c’était des conneries bien sûr, personne n’allait l’aider, il avait été sacrifié, et il le saurait bientôt en prison…

« Erikson ! »

Storm ne se leva même pas pour raccompagner l’adolescent, n’éprouvant que du dégoût pour ce type qui lui rappelait trop les mauvais souvenirs d’une sale nuit, quinze ans plus tôt, quand sa femme et ses enfants lui avaient été enlevés…

L’émotion soulevée par ces souvenirs mirent l’inspecteur dans un état bizarre, entre rêverie et tristesse, entre flash back et dure réalité, tant et si bien qu’il ne vit pas Erikson venir faire sortir Rainbow et faire entrer une prostituée du nom de Sue Tempest.

Storm fut un peu surprit de revenir à la réalité et de voir une fille habillée trop sexy pour son âge, avec trop de maquillage et des vêtements un peu déchirés. Pourtant, malgré cela cet aspect pathétique, on pouvait distinguer une réelle beauté chez la jeune fille : ses cheveux blancs qui descendaient jusqu’à son cou environ donnaient un superbe éclat à ses yeux marrons, et même son visage derrière tout le maquillage et le bleu sous l’œil était magnifique.
Mais l’inspecteur ne se laissa plus attendrir, et parla d’une voix autoritaire, mais moins qu’avec Rainbow.

« Suzanne Tempest, 18 ans, prostituée de son état, quelques arrêts pour racolage et donc prostitution. Vous n’avez plus de famille et vivez chez un certain Alex Alexandronovitch. Votre mac ?
- Non, c’est mon ami.
- Ok, donc votre mac. Je sais, vous pouvez rien dire, mais c’est quand même lui, non ? »

Sue ne bougea pas d’un cil, droite sur son siège, ne tentant même pas de mettre en avant sa poitrine avantageuse. Elle semblait encore choquée par la raison de son arrestation.

« Ok. Bon, vous avez été arrêtée car vous avez agressé un officier de police qui voulait vous arrêter pour prostitution. Vous reconnaissez les faits ?
- Non ! C’est pas vrai ! Il…
- Ola, du calme. Expliquez-moi votre version et parlez plus calmement.
- Ce flic là, il voulait pas m’arrêter, il m’a baisé…enfin, il a essayé : il est venu, je lui ai dis mon prix, et il a dit ok. On est aller au fond de la rue et j’ai voulu le sucer, mais sa bîte…enfin, elle…il arrivait pas à…
- Oui ? Qu’est-ce qu’il n’arrivait pas à ?
- C’est dur à dire…
- Dites-le quand même. »

Sue regarda Storm droit dans les yeux et soupira.

« Ben il arrivait pas à bander ! Sa bîte grandissait pas, elle restait toute petite, même pas assez grande pour me rentrer dedans ! Merde, je suis pas moche et mes seins sont assez grands pour exciter pas mal de gens ! Ca m’a énervé d’abord puis j’ai commencé à me marrer. C’était nerveux, j’y pouvais rien, il me faisait trop rire avec sa mini queue qui arrivait pas à grandir même quand il se branlait. Quand il m’a calé que je riais, il s’est énervé et m’a frappé, avant de m’arrêter pour prostitution et il a dit que je l’avais frappé, alors que c’est faux ! »

Storm resta silencieux quelques instants. Il la croyait, elle semblait trop franche et cela arrivait souvent qu’un flic se tape une pute. D’ici à ce que l’un d’entre eux ait une panne et soit vexé dans sa virilité, c’était facile d’y penser. Mais c’était pas défendable : la parole d’une prostituée contre celle d’un flic, la gamine resterait même pas deux minutes devant un juge et elle aurait des problèmes avec les autres flics par la suite. Le mieux était de boucler le dossier et de la mettre en taule quelques temps.

« Bon, je vais voir ce que je vais faire. Je vais vous faire ramener dans la cellule. »

Erikson vint rechercher Sue et la ramena dans sa cellule. Storm soupira intérieurement de savoir qu’il y avait assez de place ce soir pour que chaque adolescent ait sa propre cellule sans aucun contact avec les autres : Rainbow se serait jeté sur Sue, et lui aurait fait beaucoup de mal avant qu’on arrive à le maîtriser. L’inspecteur pensa quelques instants qu’il devrait lui exploser les burnes avec son flingue, histoire de sauver quelques filles et de se venger un peu de celui qui avait violé et tué sa femme avant d’enlever ses gosses. Mais le vieil homme chassa cela de son esprit : il n’était pas et ne serait jamais un criminel.

Le dernier gosse entra enfin dans la salle. Pas très grand, pas très petit, pas musclé, pas rachitique, il était presque le prototype du gosse normal sans trop de problèmes, un gosse moyen presque. Presque. Outre sa queue de cheval originale et rare maintenant, ses yeux bleus pétillaient d’intelligence et de ruse tandis que ses doigts bougeaient beaucoup et dans tous les sens. Un hyper actif, pensa Storm.

« Vous voulez un stylo ? »

Le gamin le regarda avec un air bizarre avant que l’inspecteur ne montre ses doigts.

« Pour calmer ça.
- Ah euh oui merci. »

Storm lui donna un stylo sans mine à l’intérieur, au cas où. L’adolescent se calma de suite, faisant voltiger le petit bic sans mine entre ses doigts. Cela le détendait.

« Donc, vous êtes Red Richards, 18 ans, plusieurs vols à l’étalage, plusieurs piratages informatiques, plusieurs viols d’arrêtés sur les technologies…et là vous avez été arrêté dans les locaux d’une entreprise, c’est cela ?
- Oui. Cybertek, fleuron de la technologie de pointe américaine, et accessoirement esclavagiste humain.
- Ah ?
- Oui. Ils font travailler des asiatiques et des africains dans les sous sols de leurs locaux new yorkais pour monter tous leurs ordis, leurs modems, etc. C’est moins cher et la main d’œuvre râle pas, seulement c’est contre les lois et les Droits de l’Homme.
- Toi et ton pote êtes donc allés jouer les robins des bois, c’est ça ? Excuse moi, mais j’y crois pas à ton truc. Moi je pense que vous êtes allés là-bas pour voler leur technologie et la revendre au plus offrant. Vous aviez bien tout préparé, mais y a eu un os, hein ? »

Richards resta silencieux, se remémorant les derniers et affreux événements.

« Ton silence parle de lui-même. Vous avez accéder et débrancher toute la sécurité, mais il restait un truc, hein ? Une sorte de bouclier, enfin un truc très high tech, et tu as envoyé ton pote ouvrir la porte qui menait aux prototypes. Manque de pot, il s’est tout prit sur la gueule, et toi, tu as rien pu faire et t’es resté tétanisé, c’est ça, hein ? »

Richards ne disait rien. Le stylo passait de plus en plus vite entre ses doigts, et la tension s’accumulait dans la pièce. Apparemment, il avait été bien choqué par ce qu’il avait vu et vécu, et Storm et son ton cassant et autoritaire n’aidaient rien. Mais cela était calculé, comme le tutoiement : il voulait mettre l’adolescent plus bas que terre pour avoir ses aveux. Malheureusement, il n’eut rien.

Red ne dit plus rien de la soirée, et au bout de trente minutes, Storm en eut assez et demanda à Erikson de le remettre dans sa cellule. L’inspecteur finit d’écrire les dossiers et aveux pour certains, et il alla poser le tout sur son bureau. Demain, pensa-t-il, il donnerait le tout au capitaine qui classerait le tout. Les gosses seraient mis en prison, certains pour longtemps, d’autres pour moi. Certains reviendraient vite, d’autres non.

L’inspecteur avait fini son boulot. Après avoir salué Erikson et les rares collègues encore présents, il sortit et rentra chez lui, tenter de dormir entre deux cauchemars où il reverrait sa femme morte, et ses deux enfants, ses deux petits bébés blondinets, se faire enlever par un monstre qu’il n’arrêterait jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Episode 0 anniversaire
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bon anniversaire Ribellu !
» Joyeux Anniversaire Mr le Maire
» Ulysse Nardin monopoussoir 175ème Anniversaire
» carte anniversaire masculine
» Joueux anniversaire anis redouane

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Urban Comics :: Séries en cours :: Urban Fantastic Four-
Sauter vers: